Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Trouble dysphorique prémenstruel et ostéopathie

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
SPM trouble dysphorique ostéopathie
Approuvé par un·e ostéopathe DO

Le syndrome prémenstruel, aussi parfois appelé SPM, affecte plus d’une française sur 3.
Ce syndrome reconnu, reste méconnu.
Il existe également une forme sévère du SPM, le trouble dysphorique prémenstruel, aussi appelée TDPM.
Cet article évoque ces 2 formes, plus ou moins sévères, sous l’angle de la prise en charge par l’ostéopathie.

Syndrome prémenstruel ou trouble dysphorique prémenstruel : quelques statistiques

Les statistiques se contredisent souvent, tant sur le SPM que le TDPM. Cependant, elles se rejoignent généralement sur le fait qu’au moins 1 femme sur 3 présente un syndrome prémenstruel. Et qu’environ 2 à 5% des femmes auraient sa forme la plus sévère, le trouble dysphorique prémenstruel.
Ces troubles apparaissent en général une fois la trentaine passée.

Quels sont les symptômes du SPM ?

Voici les symptômes les plus fréquents, les plus relatés. Nous vous proposons aussi un lien direct vers des articles détaillant l’apport de l’ostéopathie symptôme par symptôme :

  • Céphalée et migraine
  • Humeur dépressive, idées de dévalorisation
  • Sensibilité à fleur de peau : sentiment de tristesse soudain, envie de pleurer, etc.
  • Diminution de l’intérêt pour les activités quotidiennes habituelles
  • Douleurs physiques : tension ou gonflement des seins, douleurs articulaires et/ou musculaires, prise de poids, gonflement
  • Difficulté à dormir, insomnie ou difficulté à se lever
  • Irritabilité fréquente, colère et conflits avec l’entourage plus élevés

Quelle différence avec le trouble dysphorique prémenstruel ?

L’intensité des symptômes permet souvent de faire la différence entre le SPM et le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM).
Si vous pouvez continuer à aller au travail ou avoir une vie sociale ce n’est sans doute pas le syndrome dysphorique prémenstruel. Il s’agit du TDPM, lorsque les symptômes impactent votre vie au quotidien et que vous ne vous reconnaissez plus. Certains témoignages de patientes sont très forts.
Parfois, des femmes perdent leur emploi, d’autres leur conjoint·e, ou ami·es. Effectivement à certaines périodes du mois, elles ne sont plus elles-mêmes.
Retrouvez d’ailleurs le témoignage de Titi sur le sujet : “Une fois par mois, je ne suis plus moi : SPM – témoignage”.
Voici quelques symptômes fréquents en cas de trouble dysphorique prémenstruel :

  • crise d’angoisse,
  • attaques de panique,
  • anxiété,
  • impatience,
  • insomnie,
  • état dépressif,
  • ballonnements,
  • douleurs aux articulations, etc.

Quand les symptômes du SPM ou du TDPM apparaissent-ils ?

Plusieurs études indiquent une manifestation des symptômes 3 à 4 jours avant le début des règles. Et ils peuvent également apparaître 3 à 4 jours après les menstruations.

Quelles sont les causes du SPM et TDPM ?

On ne connaît pas, à l’heure actuelle, les causes exactes du trouble dysphorique prémenstruel ou du SPM.
Le trouble dysphorique prémenstruel s’inscrit comme maladie mentale dans certains pays comme les USA et le Canada. D’ailleurs il n’est pas rare que des patientes se voient prescrire des antidépresseurs.
Si cette classification, se veut être une avancée, permettant de reconnaître le problème, c’est mettre de côté son aspect cyclique. Cet indicateur fait pencher des patientes et des professionnel·les de la santé pour un débalancement hormonal, davantage qu’un trouble mental.
Cette classification interroge également sur la récurrence et la facilité avec laquelle les troubles féminins sont catégorisés comme des troubles mentaux.

Ostéopathie, syndrome prémenstruel et trouble dysphorique prémenstruel

Le travail de l’ostéopathe est très large, et évolue en fonction des symptômes présentés. Et des causes envisagées à l’origine de votre SPM ou TDP.

Les glandes hormonales

L’ostéopathe vérifie l’ensemble de vos glandes hormonales de manière à évaluer leur impact sur les troubles que vous présentez. Le soin agit directement sur leur bon fonctionnement, ainsi que sur votre état d’anxiété.
Ces techniques ont généralement un impact sur votre humeur, votre sommeil, votre irritabilité et votre concentration.

La sphère digestive

Sur la sphère digestive, l’ostéopathe agira notamment par le biais de techniques viscérales. C’est-à-dire sur les organes abdominaux de manière à réguler votre appétit.

Le crâne et les vertèbres

Votre ostéopathe effectue un travail crânien et vertébral pour agir :
sur vos maux de têtes et céphalées,
ou encore sur vos douleurs articulaires et musculaires.
Et ce, afin de permettre un état de relâchement et de sérénité.

De ce fait, votre sommeil s’améliore.
Ces techniques complémentaires vous permettent de noter une amélioration de l’intensité de vos symptômes.

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire