Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Le surpoids, à l’origine de troubles neurologiques ?

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
surpoids obésité cerveau troubles neurologiques
Approuvé par un·e ostéopathe DO

Maintenir un poids de forme protégerait de certains troubles neurologiques.

En France, 15% de la population adulte serait en situation d’obésité et près d’un tiers en surpoids. En plus de créer un terrain propice à l’apparition de maladies cardio-vasculaires, du diabète et de certains cancers, l’obésité pourrait aussi impacter le cerveau. Retour sur une étude récente sur le sujet.

L’obésité, à l’origine de troubles neurologiques ?

Inflammation du système nerveux

Une étude menée par l’Université de São Paulo1 a comparé les cerveaux d’adolescent·es en bonne santé avec ceux en situation d’obésité.

Ainsi, une inflammation du système nerveux de personnes en situation d’obésité a été observée. Ce qui peut alors causer des dommages cérébraux. Comme sur les zones du cerveau en charge du contrôle de l’appétit et des émotions.
Cette situation engendre alors un véritable cercle vicieux chez les personnes en surpoids.

Affection des fonctions cognitives

Mémoire, concentration, communication, apprentissage. Il s’agit de capacités développées par le cerveau appelées les fonctions cognitives. Seulement, celles-ci ont tendance à diminuer avec l’âge.

Ce phénomène est dû à une réduction du volume de la substance blanche. C’est une zone du cerveau qui relie entre elles les informations du système nerveux.

Cette altération de la substance blanche semble se produire prématurément chez les personnes obèses. C’est ce qu’ont démontré des neurologues de l’Université de Cambridge.

Alors comment expliquer ce phénomène ? Les personnes atteint·es d’obésité développent fréquemment une résistance à l’insuline. Cette hormone, produite dans le pancréas, sert à réguler le taux de sucre dans le sang.
C’est ce dérèglement qui accélère la dégénérescence de la substance blanche.

Ce processus est souvent qualifié de vieillissement prématuré du cerveau ou de déclin cognitif.

Facteurs en cause

La génétique ?

Les influences génétiques sur l’obésité sont élevées : 40% à 70% de la prise de poids est liée2 aux gènes3.
Ainsi, même s’ il existe d’autres facteurs exogènes, ils influencent dans une moindre mesure. On retrouve notamment les facteurs environnementaux, la sédentarité, l’alimentation, le stress, etc.

Cependant, le profil génétique ne détermine pas la prise de poids. L’environnement, le contexte dans lequel évolue la personne semble activer cette prédisposition génétique.

Le fond ou la forme ?

Selon la localisation du stockage des graisses sur le corps, l’impact est différent pour la santé. Ainsi, celle concentrée sur le ventre est la plus problématique4.
Mais toutes les graisses de cette zone ne se valent pas. Il existe en effet deux types de graisses abdominales :

  • la graisse sous-cutanée : située directement sous la peau et sur le muscle. C’est la graisse visible à l’œil nu.
  • la graisse viscérale : elle est localisée sous les muscles, autour des organes comme l’estomac, les intestins ou encore la rate. Cette graisse est invisible mais bien présente en interne.

La plus préoccupante est la seconde, la graisse viscérale. D’autant plus pernicieuse qu’elle ne se remarque pas forcément sur la silhouette. Elle est d’ailleurs bien souvent difficile à repérer sans examen médical.

Perdre du ventre n’est donc pas forcément la solution.

Tous·tes concerné·es ?

Ainsi, un ventre plat n’est pas systématiquement gage d’absence de graisse viscérale.

Ce type de graisse peut être à l’origine d’inflammations chroniques, qui entraînent alors la résistance à l’insuline. Et par conséquent, la vulnérabilité à certaines maladies.

Dès lors, nous pouvons conclure que le surpoids offre un terrain plus favorable aux troubles neurologiques. Mais il n’est pas le seul facteur. Le syndrôme métabolique, SM, ou le développement croissant du diabète de type 2, sont tout autant à regarder de près.

Un suivi régulier avec votre équipe médicale peut vous aider à trouver un équilibre adapté à votre métabolisme et vos besoins quotidiens. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin. Un bilan sanguin ou d’autres examens peuvent être réalisés pour identifier les causes de troubles identifiés. Il s’agit d’agir au plus tôt et de ne pas attendre qu’ils s’installent.

Notes et réferences

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous
  1. https://www.sciencedaily.com/releases/2019/11/191125100405.htm[]
  2. https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/10203-Obesite-70-de-notre-prise-de-poids-a-une-origine-genetique[]
  3. https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2020/08/msc200132/msc200132.html[]
  4. https://www.bmj.com/content/370/bmj.m3324[]

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire