Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Constipation et ostéopathie

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
constipation ostéopathe ostéopathie
Approuvé par un·e ostéopathe DO

Douleurs au niveau du ventre ? Difficultés à aller à la selle ? Vous êtes probablement constipé·e.

Le sujet des selles est un sujet qui peut mettre mal à l’aise. Tant dans une discussion entre ami·es que lors d’une consultation médicale.
C’est pourquoi il n’est pas rare d’avoir des questions qui restent sans réponse.
Nous abordons ici le sujet sans tabou, et nous restons disponibles pour répondre à toutes vos questions en commentaires.

Que faire et comment vous soulager en cas de constipation ? Découvrez tous nos conseils pour mieux comprendre votre constipation, l’éviter, et faire disparaître vos symptômes naturellement. Notamment grâce à l’ostéopathie.

Qu’est-ce qu’un transit intestinal normal ?

Il est normal de faire caca une à deux fois par jour. Généralement, vous allez à la selle après avoir mangé, ou le matin au réveil. D’ailleurs, les bébés ont tendance à faire leurs besoins juste après la tétée car leur transit est accéléré.
Aller souvent à la selle n’est pas un problème, au contraire, c’est même un signe de bonne santé.
On parle de constipation lorsqu’il y a moins d’une selle par jour. Voire une selle tous les deux ou trois jours. Le transit est ralenti et les déchets ne s’évacuent pas correctement.
L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pose la limite de 3 jours sans selle pour définir la constipation.

Quels sont les symptômes de la constipation ?

En plus de ne pas faire caca tous les jours, la constipation s’accompagne généralement d’autres symptômes.

  • Vous pouvez vous sentir ballonné·e ou avoir des spasmes intestinaux
  • Vous remarquez que vous avez de plus en plus de flatulences
  • Aller à la selle est douloureux au moment de la défécation
  • Vous avez beaucoup de mal à expulser vos selles
  • Vous avez mal au dos au niveau des lombaires
  • Vous vous sentez lourd·e et “rempli·e”, comme après un gros repas. Pourtant, vous n’avez pas encore mangé.

Le passage aux toilettes est parfois long, voire douloureux dans certains cas. Il est fréquent en cas de constipation de passer quelques minutes à essayer de pousser en vain.

Mieux comprendre les causes de la constipation

La constipation peut venir de plusieurs causes.1 Maladies, problèmes hormonaux, manque d’exercice sont autant d’éléments qui peuvent avoir une influence sur votre transit.

Quelles sont les prédispositions à la constipation ?

Certaines personnes sont plus à risque de développer des constipations que d’autres. Notamment :
les femmes : les variations hormonales tout au long de la vie d’une femme peuvent conduire à des épisoides de constipation. Puberté, grossesse, ménopause, etc. Phénomène accentué par l’éventuelle prise d’une contraception hormonale.

  • Les seniors : avec le vieillissement, le transit ralenti. Ce qui peut conduire à des épidoses de constipation, voire même une constipation chronique. La sédentarité vient accentuer ce ralentissement physiologique. S’il est important de rester en mouvement à tout âge, c’est d’autant plus vrai au fil du temps.
  • Les personnes sédentaires : le manque d’activité physique, de mouvement général contribue à un transit lent.

Médicaments, effets secondaires et constipation

De nombreux médicaments provoquent des épisodes de constipation.
Lisez toujours bien les notices des médicaments que vous prenez. Les effets secondaires y sont normalement listés.
C’est notamment le cas des :

  • traitements anti-diarrhée,
  • opiacés comme la morphine,
  • médicament neuro-actifs dont font partie les antidépresseurs, antiépileptiques, etc.,
  • antihypertenseurs,
  • chimiothérapies,
  • anti-ulcéreux du type oméprazo, etc.

La constipation, symptôme de maladies et pathologies

Certaines maladies conduisent à des épisodes de constipation ou parfois même à une constipation chronique.
Comme par exemple :

  • les MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin) : maladie de Crohn et rectocolite hémorragique (RCH).
  • la colopathie fonctionnelle ou syndrome de l’intestin irritable (SII).
  • maladies neurologiques : Parkinson, Alzheimer, sclérose en plaques (SEP), paralysies, etc.
  • anémie
  • maladies hormonales, dont notamment les troubles de la thyroïde comme l’hypothyroïdie Hashimoto, etc.

Comment éviter d’être constipé·e ?

Il est possible de réduire certains facteurs de risques de constipation. C’est notamment le cas de l’alimentation ou de l’activité physique.

Mieux manger pour être moins constipé·e

On entend fréquemment qu’en cas de constipation il faudrait manger des fibres. Cette affirmation est à la fois vraie et fausse.
S’il faut effectivement manger des fibres, il faut bien faire la distinction entre fibres solubles et insolubles.2
En cas de constipation déjà présente, il faut privilégier les fibres solubles aux fibres dures, aussi appelées fibres insolubles.
“Il est conseillé de varier les féculents sur une journée. Prenez-en un différent à chaque repas et moins, voire aucun le soir. Les féculents sont les produits à base de blé, de pommes de terre, de patates douces, de riz, de maïs, d’avoine, d’épeautre, de quinoa etc.
Faites la part belle aux fruits et aux légumes et buvez beaucoup d’eau !”
Clément Arnaudon
Ostéopathe DO

Fibres dures ou dites insolubles

Les fibres dures aident la réabsorption de l’eau dans le côlon et favorisent la sensation de satiété. Cela peut être intéressant dans la gestion de la quantité des repas. Cependant les fibres dures ralentissent le transit du fait de l’augmentation du volume des selles.
Ce sont ces fibres qui se retrouvent dans les céréales complètes comme le blé complet ou le riz complet. On les retrouve aussi dans les artichauts, l’avocat, les asperges, la betterave, le poireau, le brocoli, le chou, le chou de Bruxelles. Ou encore dans le chou-fleur, fenouil, haricot vert, lentilles, haricots rouges/blancs/noirs, topinambour, etc.
On les appelle aussi légumes fermentescibles.
Ces derniers peuvent provoquer facilement des gaz et augmenter la sensation de trop plein dans l’intestin. En revanche, ils sont très intéressants afin d’avoir une alimentation équilibrée, il faut juste penser à bien les cuire.

Fibres solubles

Les fibres solubles, au contraire, ont tendance à accélérer le transit. Elles permettent de diminuer le taux de glucose sanguin et de cholestérol.
On les retrouve dans les agrumes et les pruneaux et dans les céréales telles que l’avoine et l’orge. Mais aussi, dans les légumes tels que les pois comme le soja, les petit pois, les pois chiches, etc. Ainsi que dans les courges, donc butternut, potiron, etc.
C’est ce type de fibres qu’il faut privilégier en cas de constipation.
En règle générale, pour éviter d’être constipé·e, il est préférable de diminuer votre consommation de :

  • Féculents comme les pâtes et le pain. Préférez les tubercules comme les pommes de terre. Ou les céréales faciles à digérer comme le riz, l’avoine, le quinoa, etc.
  • Sucres et aliments transformés. Par exemple, les biscuits industriels, les conservateurs, les exhausteurs de goût, etc.
  • Boissons gazeuses et surtout les sodas sucrés

“Vous buvez beaucoup de café ? Diminuez la dose, mais gardez-en toujours un ou deux par jour pendant les repas car la caféine stimule les intestins. Vous avez décidé d’arrêter de fumer ? Grand bravo ! Mais mieux vaut diminuer progressivement que d’un coup.”
Clément Arnaudon
Ostéopathe DO

Être actif·ve, la meilleure façon de faire disparaître sa constipation

Certaines constipations viennent également de changements de rythme de vie ou de stress. Voyage, déménagement ou arrêt de café ou de tabac sont des éléments qui peuvent pourtant perturber votre transit. La meilleure façon de faire disparaître sa constipation dans ces circonstances est d’être le plus actif·ve possible.
En évitant la sédentarité, on permet à l’intestin de s’activer plus facilement. Essayez de trouver un moment pour faire un peu d’exercice physique. Le fait de rester assis trop longtemps n’arrange pas la constipation. À cause de la pression du pantalon sur l’intestin et le côté “figé” de la position, cela perturbe votre transit.
“Pour éviter la constipation, faites au moins 10 min de marche ou de mouvements des jambes debout répété 3 à 4 fois par jour, ou 10 à 15 min de footing par jour.”
Clément Arnaudon
Ostéopathe DO

Ostéopathie et constipation

L’ostéopathie est très efficace contre la constipation.
Néanmoins, si vous remarquez un des symptômes suivants, il est important de consulter votre médecin avant toute autre chose :

  • Sang dans les selles
  • Douleurs aiguës
  • Nausées et/ou vomissements
  • Accompagnés d’une absence de mouvements ressentis dans l’intestin et d’aucune flatulence
  • Selles accompagnées d’huile, ou de liquide orange

Si vous souffrez de ces symptômes, il est important que vous consultiez votre médecin.

Les méthodes utilisées par l’ostéopathe contre la constipation

En matière de constipation, votre ostéopathe commence par évaluer votre mobilité viscérale, pelvienne, thoracique, rachidienne et crânienne. En fonction des zones de restriction trouvées, les tensions sont ajustées à l’aide de différentes techniques.

Le travail de l’ostéopathe est global. Le corps est pris en compte, dans son ensemble. En effet, des douleurs viscérales, de ventre donc, peuvent entraîner des douleurs dorsales.
Et vice-versa. Des douleurs de dos, ou dorsales, peuvent entraîner des douleurs viscérales. Il est donc important de ne rien laisser de côté.
Une stimulation du système viscéral grâce à des techniques rythmiques douces, articulaires et crânio-sacrées permet aussi de bons résultats. Le traitement est en réalité adapté à chaque patient·e, en fonction de l’anamnèse; c’est-à-dire ses symptômes, son comportement. Le soin est fréquemment accompagné de conseils hygiéno-diététiques pour rétablir un équilibre alimentaire et planifier une activité physique régulière.

Combien de séances d’ostéopathie contre la constipation sont nécessaires ?

Une seule consultation peut suffire. Mais plusieurs consultations peuvent être nécessaires pour un traitement de fond. Cela évite la réapparition de la constipation.
Selon les patient·es, et les causes de cette constipation, 2 à 3 consultations peuvent être recommandées.
Les premiers soins peuvent être rapprochés, et les suivants plus éloignés dans le temps afin d’assurer des résultats pérennes.
Entre les séances, pensez à noter la fréquence de vos selles et l’évolution de vos symptômes. Ces indicateurs permettent à votre ostéopathe d’ajuster son traitement pour plus d’efficacité.
Votre constipation est l’effet secondaire d’une maladie systémique ? Dans ce cas, l’ostéopathie ne peut peut-être pas la faire disparaître. Néanmoins, elle vous permet de gagner en qualité de vie. En parallèle, bien sûr, de la prise en charge des causes de la maladie.

Notes et références

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous
  1. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/constipation-adulte/definition-symptomes-facteurs-favorisants[]
  2. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=fibres-solubles-insolubles-quelles-differences[]

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire