Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Que peut l’ostéopathe en cas de compression médullaire ?

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
compression médullaire ostéopathie-ostéopathe
Approuvé par un·e ostéopathe DO

On parle de compression médullaire lorsque la moelle épinière et les nerfs environnants se retrouvent comprimés.

Les causes derrière cette compression peuvent être nombreuses. Toutes aussi nombreuses que les symptômes qu’elle cause d’ailleurs. En effet, cela va du simple fourmillement à la paralysie.
Alors comment savoir si votre moelle épinière souffre d’une compression ? Quels sont les facteurs de risques et les éventuelles complications ? L’ostéopathie est-elle efficace en cas de compression médullaire ?

Compression médullaire : de quoi s’agit-il ?

Zoom sur la moelle épinière

Afin de comprendre ce qu’est la compression médullaire, faisons d’abord un point anatomie.
Votre moelle épinière part de la base de votre cerveau, au niveau de votre tronc cérébral. Ensuite, elle descend tout au long de votre colonne vertébrale, dans le canal médullaire qui la protège.

Tout comme le cerveau, elle est entourée de 3 membranes : les méninges.

Le rôle de la moelle épinière est de transmettre les informations nerveuses. C’est en fait le principal moyen de communication entre votre cerveau et le reste de votre corps. L’échange d’informations se fait dans les deux sens.
Il peut s’agir d’informations envoyées pour stimuler les mouvements musculaires ou encore des informations sensitives.

Mais la moelle joue aussi un rôle dans les réactions que l’on appelle réflexes. C’est-à-dire les réactions musculaires involontaires.

Compression médullaire : la moelle épinière en souffrance

On parle de compression médullaire, ou compression spinale, lorsque quelque chose exerce une pression sur la moelle épinière. Ces compressions vont altérer l’information nerveuse transmise habituellement par votre moelle épinière
La compression peut concerner votre moelle directement, ou les racines nerveuses qui en émergent. En fonction, les symptômes seront différents.

Compression médullaire : symptômes et causes

Compression médullaire : les symptômes

Les premiers symptômes peuvent se manifester progressivement, ou au contraire de manière vive. Ils sont nombreux et variés.

On compte des troubles sensitifs, qui viennent altérer votre sensibilité, et notamment :

  • Paresthésies : fourmillements, picotements, brûlures, etc.
  • Diminution de la sensibilité.
  • Etc.

Et des troubles moteurs :

  • Défaut de contrôle des sphincters urinaires ou anorectaux.
  • Troubles de la marche.
  • Diminution de la force musculaire.
  • Troubles sexuels.
  • Etc.

De plus, vous pouvez ressentir des douleurs dans le dos et dans les membres.
Chez l’enfant, le diagnostic est plus difficile. Cela se manifeste notamment par des troubles sphinctériens, comme l’incontinence par exemple, une déformation de la colonne et une boiterie.

Qu’est-ce qui peut causer la compression de la moelle épinière ?

De par sa position, de nombreux éléments et structures peuvent comprimer la moelle épinière.

Notamment, par des os, ou encore par le tissu qui recouvre le canal rachidien. Mais la compression peut aussi faire suite à d’autres facteurs. Par exemple, à une maladie ou un traumatisme, une tumeur, un hématome, etc.

Les causes les plus connues

    • La hernie discale provoque une compression de la racine du nerf. Elle concerne tous les étages vertébraux de votre colonne, mais surtout vos cervicales et lombaires.
    • La sténose cervicale : le rétrécissement du canal médullaire crée une compression. Dans 95% des cas, ce ​rétrécissement est lié à l’arthrose.
    • Le syndrome de la queue de cheval1.
    • Un hématome causé par une ponction lombaire ou un traumatisme de la colonne : c’est la compression médullaire traumatique.
    • Une tumeur bénigne comme un méningiome.
    • Des kystes articulaires, qui peuvent être localisés à tous les niveaux de la colonne.
    • Le spondylolisthésis, le déplacement en avant ou en arrière d’une vertèbre.

Une affection des vertèbres, comme une prolifération métastatique. Cela conduit à un élargissement de la vertèbre qui comprime la moelle.

  • Une fracture d’une vertèbre.
  • Un durcissement du tissu qui entoure la moelle.
  • Une inflammation des méninges ou infection comme la méningite qui constitue une urgence médicale.

Compression médullaire : diagnostic et traitement

Compression de la moelle épinière : comment se pose le diagnostic ?

L’examen clinique de votre médecin a pour but de déterminer le siège de la compression. Et se base sur les signes cliniques que vous présentez.
En fonction de vos symptômes, il est parfois nécessaire de réaliser certains examens en urgence. Mais la présence de nombreux symptômes retarde parfois le diagnostic.
L’IRM médullaire est l’examen de choix dans la compression médullaire. C’est généralement le premier examen réalisé car il permet de visualiser au mieux les parties dites molles. C’est-à-dire votre moelle épinière, les nerfs, les disques, muscles, etc.
Grâce à un scanner ou un myéloscanner2, il est également possible de visualiser la moelle épinière.
Un diagnostic différentiel est réalisé pour vérifier que l’atteinte n’est pas périphérique. C’est-à-dire, située au niveau des nerfs, en dehors de la moelle épinière.
Enfin, les radiographies, elles, permettent de voir l’aspect global de votre colonne vertébrale : scoliose, tassement, spondylolisthésis, etc.

Compression de la moelle épinière et opération

En fonction de l’atteinte et des symptômes qu’elle cause, le traitement peut être urgent.
En cas de sténose sévère, c’est-à -dire de rétrécissement du canal, la chirurgie peut être envisagée. De même en cas de syndrome de la queue de cheval.
Les points relatifs au traitement restent à discuter directement avec votre médecin.

Compression médullaire : que fait l’ostéopathe ?

La prise en charge par un ostéopathe permet de soulager le phénomène inflammatoire qui accompagne la compression de votre moelle.
Lorsque la chirurgie est inévitable, l’ostéopathe peut aussi vous accompagner dans le suivi de l’intervention. Son action en amont prépare au mieux votre organisme à l’acte. En post-opératoire, elle limite la formation d’adhérences cicatricielles et optimise votre récupération.

Réduire l’inflammation

La compression induit une inflammation locale, avec des sensations de fourmillements, de brûlures ou des douleurs. Elles se manifestent de différentes manières. Notamment en fonction de la cause de la compression, et de la zone.
Votre ostéopathe procède à un travail au niveau local, pour réduire les douleurs et l’inflammation. Des techniques douces permettent de relâcher vos tensions et de vous rendre votre capacité de mouvement. Ce travail permet aussi d’optimiser la circulation du sang veineux, afin de drainer au mieux l’inflammation.

Corriger le déséquilibre postural et musculaire

Quelle que soit l’origine de la compression, les contraintes musculaires ou les déséquilibres posturaux entraînent à leur tour des contraintes sur votre colonne. Mais aussi sur le système musculo-squelettique qui la compose.
Lors du soin, votre posture est analysée, tout comme vos tensions musculaires. Le but est d’équilibrer tout le système musculo-squelettique.
Cela passe notamment par l’analyse des capteurs posturaux. Comme votre mâchoire, vos pieds, vos yeux, mais aussi vos cervicales, et votre oreille interne.
Le soulagement lors de l’ajustement d’une ou plusieurs de vos entrée(s) posturale(s) est parfois immédiat. Même s’il ne s’agit pas d’une guérison instantanée, il limite l’irritation du nerf touché.

Retrouver les fonctions sensitives et motrices

Les tissus de votre corps subissent un stress physique élevé lorsque la transmission de l’information est altérée. Ce stress favorise alors les douleurs et les contractions.
Le soin ostéo permet de libérer le nerf et ainsi soulager vos tensions et douleurs. Des techniques myofasciales et des étirements doux aident à retrouver une bonne fonction nerveuse.
Par ailleurs, il est très fréquent que les fourmillements, sensation de brûlure ou autres contractures perdurent. Et ce, même une fois l’irritation du nerf levée.
Plusieurs consultations peuvent en effet être nécessaires. Vous pourrez faire un point sur le sujet directement avec votre ostéopathe durant le temps de la consultation. En fonction de vos symptômes et antécédents iel pourra vous proposer un schéma de traitement le plus pertinent possible au-delà des grands axes que nous avons détaillé dans cet article.

Notes et réferences

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous
  1. https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-du-cerveau,-de-la-moelle-%C3%A9pini%C3%A8re-et-des-nerfs/troubles-de-la-moelle-%C3%A9pini%C3%A8re/syndrome-de-la-queue-de-cheval[]
  2. https://www.info-radiologie.ch/myelo-scanner.php[]

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire