Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Capsulite rétractile, épaule gelée : qu’apporte l’ostéopathie ?

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
capsulite rétractile ostéopathe
Approuvé par un·e ostéopathe DO

Votre épaule est douloureuse et impacte la qualité de vos nuits ? Il vous est difficile de réaliser certains mouvements simples du quotidien ? Une raideur progressive au niveau de votre épaule s’installe ?
Et s’il s’agissait d’un début de capsulite rétractile ?
On l’appelle parfois aussi épaule gelée. Et il s’agit d’une atteinte au niveau de l’épaule qui évolue selon plusieurs phases. Chacune de ces phases a des symptômes propres, qui entraînent des restrictions de mobilité souvent très handicapantes.
Quels sont les symptômes et les causes d’apparition de ce trouble ? Existe-t-il un traitement autre que médicamenteux ? Que peut l’ostéopathie dans le cas d’une capsulite rétractile ? C’est tout le sujet de cet article. Bonne lecture !

Qu’est-ce que la capsule rétractile, ou l’épaule gelée ?

Afin de mieux comprendre ce trouble, quelques informations sur l’anatomie de l’épaule et notamment sur la capsule.
La capsule est une membrane qui entoure et relie les articulations entre elles. Elle contient la synovie, un liquide biologique qui permet de lubrifier l’articulation. Cette capsule se rétracte et limite sur son passage les mouvements et gestes du quotidien. On parle alors de capsulite rétractile1, de capsulite de l’épaule ou encore d’épaule gelée.
Cette pathologie de l’épaule passe par plusieurs phases. Les premiers symptômes se confondent souvent avec ceux d’une tendinite de l’épaule.

Ce trouble survient généralement entre 40 et 65 ans. Il touche essentiellement les femmes à hauteur de 80 à 85 %.

Les différentes phases et symptômes de la capsulite rétractile

Première phase, durée : de 1 à 4 mois

Votre épaule devient premièrement très douloureuse, avec une incidence sur la qualité de votre sommeil. Les douleurs augmentent généralement le soir venu et pendant la nuit.
Il est alors très difficile voire impossible de dormir sur votre épaule. Et aussi d’effectuer des mouvements simples du quotidien, comme vous habiller. La vive douleur que vous ressentez limite vos mouvements. Une raideur progressive s’installe alors, qui vous limite d’autant plus dans vos mouvements.

Deuxième phase, durée : de 3 mois à 1 an

Votre épaule est alors de plus en plus raide et mène parfois à une incapacité fonctionnelle très importante. L’appellation « épaule gelée » prend alors tout son sens. Certains mouvements sont impossibles, comme porter des aliments à votre bouche, le geste main-bouche. Ici, la douleur est intermittente et plus légère par rapport à la première phase.

Troisième et dernière phase, durée : de 6 mois à 2 ans

Cette dernière phase se caractérise par une récupération lente et incomplète de vos mouvements. Lors de cette phase, on vous propose une rééducation active.

Capsulite de l’épaule : les causes

Apparition « spontanée »

Dans 50 % des cas, on ne décèle pas les causes de manière précise. Alors la capsulite apparaît spontanément après une période de stress ou de fatigue. On appelle cela une capsulite idiopathique, ou capsulite primaire.

Immobilisation de l’épaule

Il semble que la perte de mobilité de l’épaule soit aussi un facteur d’apparition de la capsulite. Suite à des traumatismes de l’épaule ou à certaines chirurgies, il est parfois nécessaire ou inévitable d’immobiliser pendant plusieurs semaines l’épaule. Ce qui favorise l’apparition d’une capsulite rétractile.
Il peut s’agir d’une fracture, d’une mastectomie, d’une chirurgie thoracique ou encore d’une luxation de l’articulation gléno-humérale.

Autres pathologies ou traitements médicamenteux

Certains médicaments ou troubles du mécanisme métabolique comme le diabète ou encore l’hyperthyroïdie2 entraînent parfois la capsulite rétractile.

J’ai mal à l’épaule, comment être sûr qu’il s’agisse bien d’une capsulite rétractile et pas d’autre chose ?

Souvent confondue avec une tendinite ou une bursite de l’épaule, il est essentiel de consulter votre médecin afin de différencier ce trouble d’un autre. Et ainsi de bénéficier d’une prise en charge adaptée.

La palpation

Votre médecin commence par inspecter votre épaule douloureuse ​en comparaison au côté sain . Cela permet de mettre en évidence une déformation, une atrophie musculaire et des signes inflammatoires locaux.
​La palpation évalue ensuite

  • la colonne cervicale,
  • l’omoplate,
  • l’acromion,
  • l’espace sous-acromial,
  • la gouttière bicipitale,
  • la clavicule,
  • et les articulations acromio-claviculaire, sternoclaviculaires et gléno-humérales.

Pour faire simple, votre médecin inspecte toutes les structures reliées de près ou de loin à votre épaule.

L’examen de la mobilité​

​L’examen de la mobilité​ est primordial. On teste ici premièrement la mobilité active via un mouvement volontaire de votre part. Puis la mobilité passive, le thérapeute réalise le mouvement pour vous.
Une mise en comparaison de ces deux mobilités permet d’orienter le diagnostic. Notamment si on observe une réduction de toutes les amplitudes articulaires de l’examen actif et passif. Le médecin évalue les rotations, les élévations et les mouvements combinés complexes comme le mouvement main-bouche.

Un diagnostic rythmé par les 3 phases de la capsulite rétractile

La première phase de ce trouble peut souvent être confondue avec une simple tendinite de l’épaule. A cause de la douleur vive et de la raideur progressive. C’est ce que l’on appelle la phase chaude du fait de l’inflammation importante.

Lors de la deuxième phase, votre médecin note l’épaule gelée avec une raideur importante mais une douleur moins vive que durant la première phase.
La dernière phase que l’on appelle phase froide, est caractérisée par l’immobilité de votre épaule. Pendant cette période votre médecin prescrit des séances de kinésithérapie pour une récupération active de la mobilité.

La kinésithérapie combinée au soins ostéopathiques permet d’avoir de meilleurs résultats et notamment sur la rééducation fonctionnelle de l’épaule.

Une radiographie doit également être effectuée pour pouvoir poser un diagnostic différentiel. Et s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une arthrose de l’épaule, d’un rhumatisme inflammatoire ou encore d’une tumeur osseuse.

Capsulite de l’épaule : quel traitement ?

Les douleurs de la capsulite rétractile peuvent être soulagées par des antalgiques ou des anti-inflammatoires. Leur posologie s’adapte en fonction de l’intensité de vos douleurs. Aussi on peut vous proposer des infiltrations de corticoïdes dans l’articulation. Ces deux points restent à discuter directement avec votre médecin.

Capsulite rétractile : traitement ostéopathique

L’ostéopathie permet un traitement naturel de la capsulite rétractile, par des techniques spécifiques et des manipulations douces. Elle propose une alternative aux traitements par anti-inflammatoires et antalgiques mais aussi de raccourcir le temps de guérison.

Réduire l’inflammation

L’ostéopathe s’attelle d’abord à réduire l’inflammation sur les structures environnantes. Notamment les cervicales pour libérer les tensions via les muscles élévateurs de l’épaule. Parmi lesquels nous comptons les supra épineux, les scalènes, et les trapèzes. De même pour l’omoplate par le système de glissement.
En dehors de la phase aiguë douloureuse, son travail se fait sur la capsule et l’articulation afin d’augmenter la vascularisation.
L’ostéopathe travaille également sur le coude et le poignet. Afin de redonner de la mobilité à l’avant-bras.

Lorsque l’inflammation est trop importante, toute manipulation peut s’avérer douloureuse et inconfortable.

Travailler à distance

Il est fréquent que l’ostéopathe vous manipule ailleurs que là où vous avez mal. L’ostéopathe vous considère dans votre globalité et connaît toutes les interactions entre les différentes structures de votre organisme.
Ainsi, pour soigner la capsulite de l’épaule, votre ostéopathe peut venir travailler à distance.
Un travail est fait sur votre bassin de par l’attache du grand dorsal sur celui-ci. Et aussi la partie antérieure de l’épaule qui peut venir empêcher l’élévation de cette dernière. Votre ostéopathe examine également vos côtes car le grand et petit pectoral s’insèrent dessus. Ils jouent un rôle également important dans les mouvements d’épaule.

Libérer les systèmes viscéral et respiratoire

Votre ostéopathe veille également à contrôler le bon fonctionnement de votre système respiratoire. Et plus particulièrement du diaphragme qui, lorsqu’il est en tension, tire sur les côtes.
Enfin, le·la thérapeute vient travailler sur le système viscéral. La douleur est à l’épaule droite ? L’ostéopathe peut alors travailler sur le foie, car sa descente tire sur l’épaule vers le bas. Vous souffrez en revanche de douleurs à l’épaule gauche ? C’est alors du côté de l’estomac que l’ostéopathe vient porter son attention.

Nos conseils

  • Devant toute douleur ou perte de mobilité près de l’épaule, parlez-en à votre médecin. Plus la capsulite est diagnostiquée tôt, plus il est facile d’agir contre ce trouble.
  • Demandez conseil à votre médecin, ostéopathe ou kinésithérapeute quant aux exercices à effectuer chez vous afin d’augmenter votre mobilité.
  • Placez de la chaleur sur votre épaule durant une quinzaine de minutes. Notamment avant les exercices conseillés par votre thérapeute, cela permet d’agir sur la raideur de votre épaule.
  • Évitez les mouvements qui vous sont douloureux, mais veillez à ne pas rester au repos total.
  • Choisissez le bon sac pour éviter les douleurs à l’épaule.

Notes et références

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous
  1. https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2017/revue-medicale-suisse-577/la-capsulite-retractile-de-l-epaule-mise-au-point-en-2017[]
  2. hyperthyroïdie[]

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Commentaires

  • Yannick says:

    Bonjour j ai eu un accident de travail le 25 10 2020 cubidus cassé immobilisé 5 mois et j’ai depuis une capsulite rétractile j’ai déjà subi 2 injections dans l’épaule droite en 2 fois après cela une amélioration est apparue et depuis a a stagné j’ai revu le spécialiste et il vont me faire 3 injections en trois semaines pour donner de la souplesse au poignet et le bras espère beaucoup merci

    • Cabinet B says:

      Bonjour,

      Nous vous remercions pour votre témoignage.
      Vous pouvez en parallèle consulter en ostéopathie pour vous aider à retrouver la mobilité des articulations. Il pourra apporter un plus dans cette prise en charge en redonnant un meilleur équilibre entre toutes les structures qui ont été affectées par l’immobilisation de votre épaule.

      Cordialement

      L’équipe du Cabinet B ostéopathie

Laissez un commentaire