Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Grandir avec une scoliose, pourquoi consulter son ostéopathe ?

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
scoliose ostéopathe toulouse
Approuvé par un·e ostéopathe DO

La scoliose est un mécanisme de torsion chronique de la colonne vertébrale. Cela provoque une déformation. Ce phénomène atteint un public plutôt jeune et féminin. Les conséquences sur la qualité de vie dépendent du degré de la déformation.

Les causes de la scoliose

Les populations concernées par les scolioses sont majoritairement les enfants et les adolescent·es. Au moins 2% des enfants et ados sont concerné·es.
Les filles sont davantage touchées, et représentent 80% des cas de scoliose. D’autant que la sévérité de leur scoliose est généralement plus importante.

Génétique

Quand, les causes de la scoliose restent inconnues, on l’appelle alors scoliose idiopathique. Aujourd’hui, d’après les études, la cause est d’origine posturale et génétique. La cause génétique représenterait pas moins de 75% de la population scoliotique.

L’environnement

Il existe aussi les causes dites secondaires, qui prennent en compte l’environnement de l’enfant :

  • une mauvaise posture à l’école,
  • un sport mal pratiqué ou trop tôt,
  • un sac trop lourd,
  • une alimentation déséquilibrée,
  • ou encore une tension psychologique.

Il est difficile de déterminer que ces troubles puissent avoir une répercussion aussi puissante que de tordre la colonne vertébrale. Néanmoins nous ne pouvons pas négliger leur impact sur votre santé et sur votre colonne.

Scoliose et douleur

On considère seulement 1% des scolioses comme potentiellement graves. Les patient·es scoliotiques n’ont pas obligatoirement mal au dos, notamment quand la scoliose s’installe.

Localisation de la douleur

La douleur se fait surtout ressentir lors des poussées de croissance.
Souvent votre enfant va se plaindre du rachis, ce qui correspond :

  • à tout le dos,
  • le crâne,
  • la nuque, la cage thoracique, les lombaires,
  • et le bassin.

C’est majoritairement ce qui vous met la puce à l’oreille. Ça ou l’apparition d’une bosse : la gibbosité.

Gibbosité le symptôme de la scoliose

La gibbosité est le vrai symptôme de la scoliose.
Elle apparaît consécutivement à la déformation costo-vertébrale rotatoire, et c’est la différence fondamentale avec l’attitude scoliotique.

C’est-à-dire ?
Mettez un sac moyennement lourd sur l’épaule de quelqu’un, il va se tordre du même côté sans l’apparition d’une gibbosité : c’est l’attitude scoliotique. Il s’agit d’une conséquence directe sur la posture par une contrainte. De ce fait, la colonne vertébrale se retrouve de travers.

Diagnostic

Le diagnostic de la scoliose est relativement simple. Vous pouvez réaliser un test vous-même avec votre enfant. Néanmoins, même si vous êtes en mesure d’établir ce diagnostic une personne habilitée doit le confirmer.
Les soins ne sont pas nécessairement obligatoires. Sauf en cas de scoliose très prononcée ou en phase dite de poussé.

La phase de poussé se caractérise par l’aggravation momentanée de la scoliose, et donc l’augmentation de son angle de Cobb. Il s’agit de l’angle que fait la colonne vertébrale scoliotique.

Pour le suivi de l’évolution d’une scoliose on observe donc à la radio l’évolution de l’angle de Cobb. Sa constance au fur et à mesure des mois et des années rassure, à contrario de son augmentation qui alerte. Quant à sa diminution, elle semble rarissime.
Le suivi de la scoliose se réalise donc facilement aussi bien chez votre médecin, votre kinésithérapeute, qu’avec votre ostéopathe.

Les solutions en cas de scoliose

Bouger

La scoliose peut parfois être douloureuse, mais ça n’est pas toujours le cas.
Il est important de continuer à pratiquer des activités physiques.
Malheureusement certain·es enfants ont mal pendant la pratique du sport. Il faut alors leur proposer des activités ludiques qui demandent de bouger. Pensez par exemple au théâtre.
De plus, à un certain degré de déformation atteint l’aspect esthétique. Cela peut diminue la confiance en soi ce qui atteint les populations jeunes souvent très sensibles.

La kiné

On conseille la kinésithérapie pour :

    • le suivi musculaire du patient·e,
    • les conseils de placement du corps,
    • et aussi et surtout pour le suivi évolutif de la scoliose elle-même.

Les kinés voient leurs patient·es sur un rythme hebdomadaire, et cela s’avère très intéressant lors des poussées de croissances.

La scoliose moyenne : le corset

Pour les scolioses dites moyennes, avec un angle de Cobb de 15 à 20°, l’objectif reste le même : éviter l’aggravation. Une des solutions utilisées à ce jour est la contention du tronc par corset. Elle n’est pas incontournable à ce degré d’évolution de la scoliose, selon les spécialistes et surtout des symptômes. Son port est fastidieux car il ne se retire que pour l’hygiène. Cependant aujourd’hui beaucoup d’études se penchent sur le sujet. On cherche notamment à créer des modèles numériques en trois dimensions des colonnes vertébrales scoliotiques. Afin de créer des corsets qui s’adaptent à chaque personne et ainsi plus supportables à porter.

La scoliose agravée : opération

Parfois, et ce malgré les prises en charges précédemment citées, la scoliose évolue et peut faire mal. Les chirurgien·nes n’opèrent généralement pas, sauf cas particuliers, sous les 30° de l’angle de Cobb.
L’opération consiste en l’installation d’une à plusieurs tiges métalliques dans la colonne afin de la redresser et de la consolider.
Cette solution, aussi violente qu’elle puisse paraître, est pour certain·es patient·es la meilleure à ce jour. Certaines activités restent déconseillées par la suite. Cependant la chirurgie leur permet de récupérer une vie normale avec un dos beaucoup moins déformé, ainsi qu’une large diminution des douleurs.

Prévention

La prévention de la scoliose tient en premier lieu à son dépistage. Les parents peuvent la voir ou la sentir au niveau des omoplates. Cependant, si l’enfant voit régulièrement un·e professionnel·le de santé chaque année le diagnostic de scoliose s’établit rapidement.

Si l’enfant a une scoliose déjà diagnostiquée, même bénigne, il faut rester vigilant·e. Une personne qualifiée vérifie régulièrement l’évolution, et d’autant plus lors des poussées de croissances.

Au quotidien

Enfin, l’hygiène de vie de l’enfant scoliotique compte énormément. Et avant d’obliger votre enfant à faire de la natation pour se muscler le dos, vérifiez :

      • son sommeil,
      • son alimentation,
      • et que ça se passe au mieux dans sa vie : école, camarades, etc.

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire