Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Préparer bébé à la marche avec un·e ostéopathe

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
préparation marche ostéopathe bébé
Approuvé par un·e ostéopathe DO

À quel âge bébé marche ? À partir de quel âge faut-il s’inquiéter si bébé ne marche pas ? Qu’est-ce qui peut causer un retard de la marche chez l’enfant ? Quels sont les bons gestes à adopter pour l’accompagner dans son apprentissage ?

En tant que parents, bon nombre de questions relatives au développement de bébé peuvent vous traverser l’esprit. Surtout que l’étape de la marche est particulièrement attendue : bébé gagne en autonomie et s’aventure à la découverte de son environnement. Mais ce développement psychomoteur se déroule t-il au bon rythme ? Et dans les meilleures conditions ? D’ailleurs, est-il conseillé de pousser bébé à marcher ?
Entre les conseils et les informations contradictoires que l’on peut trouver, il peut s’avérer délicat d’adopter les bons gestes. Alors comment stimuler le développement psychomoteur naturel de bébé ? Nous allons voir ensemble l’apprentissage de la marche. Et comment l’ostéopathie peut vous accompagner dans cette période de sa vie.

Les premiers pas de bébé

À vos marques, prêts…partez ! Bébé a appris à se lever pour se tenir debout. Et l’idée d’apprendre la suite et de pouvoir se déplacer à la verticale le force à recommencer. Encore et encore.
Cependant, il n’y a pas de vraie règle sur le sujet. Ses premiers pas peuvent aussi bien se produire quelques jours, ou quelques mois après avoir appris à se tenir debout.

La nature est bien faite. Votre enfant est normalement à même de développer ses capacités motrices et psychologiques seul·e, avec le temps.
Et pour que ces apprentissages se fassent de façon optimale il est important de respecter son rythme. Qu’il s’agisse de l’apprentissage du 4 pattes ou encore de la marche.

Bébé s’approprie son corps et ses mouvements

Seul·e et sans intervention, bébé va apprendre la mécanique de son corps. Afin de
s’approprier la marche par la coordination de ses mouvements. Et ainsi d’identifier les interactions entre ses muscles et le fonctionnement de ses articulations.
Ce qui va permettre à votre enfant de développer son habileté à travers son équilibre et sa posture.

Vous pouvez bien sûr participer à cet éveil.

À quel âge bébé marche alors ?

L’âge moyen de la marche est de 14 mois. Généralement, à 12 mois bébé marche en se tenant et à 15 mois, la marche est acquise seule.
Mais attention, cela n’est pas vrai pour chaque petit·e.
Chaque enfant est acteur·rice de son propre développement. Chaque bébé apprend à son rythme. Ainsi, l’âge de l’apprentissage de la marche peut être très variable d’un·e enfant à l’autre.

Mon bébé ne marche toujours pas

Votre bébé de 15 mois ne marche pas encore ? Cela ne veut pas forcément dire que votre enfant souffre d’un quelconque trouble. Il convient de commencer à s’inquiéter si bébé ne marche pas à 18 mois.

Et quand bien même.

Si bébé ne marche toujours pas à 18 mois, c’est peu commun. Mais cela ne veut pas forcément dire qu’un retard psychomoteur est avéré. Peut être simplement que votre enfant s’attelle à l’apprentissage d’autre chose. Ou qu’iel n’a pas encore eu l’opportunité de gambader. Surtout lorsque vous constatez un développement régulier sur d’autres aspects, comme la parole, les réflexes, etc.
Parfois en revanche, certains facteurs peuvent venir entremettre le bon apprentissage de la marche de bébé.

Retard dans l’apprentissage de la marche chez bébé : les causes

De nombreuses causes, physiques, psychologiques ou encore environnementales peuvent venir entremettre l’apprentissage de cette étape.

Causes orthopédiques ou osseuses

Des origines physiques peuvent retarder le développement moteur de bébé. Et notamment des troubles orthopédiques ou encore osseux. Comme par exemple :

Causes musculaires

Un tonus musculaire affaiblit, ou a contrario très développé, peut rendre la marche difficile pour bébé. On parle alors d’hypotonie, ou d’hypertonie.

  • hypotonie : bébé a des difficultés à garder l’équilibre et à lutter contre la gravité. Notamment car ses membres sont trop souples.
  • hypertonie musculaire : les membres de bébé sont alors trop raides pour assurer le maintien de l’équilibre. De même si certains de ses groupes musculaires sont hyperactifs.

Troubles sensoriels

Des troubles sensoriels peuvent empêcher bébé de faire ses premiers pas. Notamment des troubles au niveau de la vue ou de l’ouïe.

En effet, une infection à l’oreille peut influer sur son équilibre. Et donc a fortiori, sa marche.

Bébé a sauté des étapes

Votre enfant peut avoir grillé des étapes essentielles à son développement psychomoteur. En effet, si bébé a sauté l’étape du quatre pattes par exemple, cela peut fortement nuire à son apprentissage. Notamment pour sa coordination et son équilibre.
Également, si bébé a appris la position assise rapidement, il est possible qu’iel ressente désormais de la peur. Cette sensation peut être liée au fait de passer à la verticale, sans soutien. Comme vos bras ou des coussins par exemple.

Bébé est prématuré ou en surpoids

Un bébé prématuré a très probablement eu moins d’interactions avec son environnement sur ses premières semaines. L’âge de la marche peut donc être décalé par rapport à sa date de naissance.
Aussi, un bébé en situation de surpoids peut rencontrer des difficultés à trouver son équilibre. Ce qui peut alors favoriser les chutes et freiner son apprentissage de la marche.

Bébé passe du temps dans ses équipements

Siège sauteur suspendu, trotteur, youpala, transat, etc. Ces équipements sont aussi à utiliser avec parcimoni.
En effet, si bébé utilise un siège sauteur suspendu par exemple, iel apprend à rebondir sur ses orteils et à être constamment maintenu. Alors, son petit tronc et ses muscles pelviens ne sont pas stimulés et ne sont alors suffisamment travaillés. Ils ne sont donc pas assez toniques pour le·la maintenir debout.
Il en va de même pour les trotteurs. En effet, on a tendance, à tort, à penser qu’ils aident bébé à apprendre à marcher. En réalité, ils font en fait tout le contraire. Ils ne permettent pas à bébé de développer les muscles nécessaires pour maîtriser la marche.

Aussi, ces trotteurs, comme les youpalas d’ailleurs, peuvent également être dangereux. Ils sont d’ailleurs interdits dans certains pays pour cause de chute et de traumatismes crâniens.

D’autres causes

Des troubles peuvent venir retarder l’âge de l’acquisition de la marche. C’est notamment le cas pour :

  • des troubles neurologiques,
  • des troubles du développement, comme une déficience intellectuelle,
  • ou encore des troubles du comportement.

Enfin, la personnalité de votre enfant et ses préférences peuvent aussi entrer en compte dans l’apprentissage de la marche. Afin d’oser et d’avoir envie de marcher. Mais aussi son entourage familial peut avoir une influence. Avec la présence d’un grand frère ou d’une grande sœur à la maison. En effet, bébé peut être plus stimulé·e pour pouvoir imiter son aîné·e.
Vous souhaitez accompagner bébé et participer à son apprentissage ? Certains gestes sont à éviter.

Apprentissage de la marche chez bébé : les gestes à éviter

Il est important de laisser le temps à votre enfant de faire ses premiers pas. Et pour favoriser son apprentissage du fonctionnement de son corps, il est préférable d’éviter certaines actions.

Solliciter bébé avant l’heure

Bébé avance à son rythme. Ainsi, il est conseillé d’éviter de solliciter sa préparation trop tôt dans la position debout. Car si son corps n’est pas prêt à tenir seul à la verticale, alors bébé peut se tendre et alors générer des tensions musculaires.

Aussi, passer bébé en position debout trop rapidement par rapport à son rythme peut entraîner des peurs. De tomber notamment.
Ce qui va retarder sa marche et l’empêcher de se lancer dans ses premiers pas. En effet, l’appréhension d’une chute risque de bloquer son expérience.

L’équiper trop tôt

Les équipements utilisés trop longtemps et régulièrement peuvent retarder la marche de bébé. C’est d’ailleurs pourquoi il est recommandé de privilégier leur utilisation après l’âge moyen de la marche. Notamment pour les trotteurs, youpala, ou chariot d’aide à la marche.

“Ces équipements sont à éviter car bébé ne fournit pas d’effort pour trouver son équilibre. Il “marche” uniquement sur la pointe des pieds et cela nuit à son bon développement psychomoteur.”
Cécile Gallart
Ostéopathe DO spécialiste de la pédiatrie

Porter des chaussures rigides

Veillez à ne pas faire porter à votre bébé des chaussures trop rigides avant l’acquisition de la marche. Et même dans l’année qui suit l’apprentissage de la marche d’ailleurs. D’ailleurs : quand faut-il mettre des chaussures à bébé

“Les os du pieds du bébé sont cartilagineux et malléables et leur développement ne doit pas être entravé par une structure rigide. Cela expose au risque de déformations. À noter que le pied d’un enfant finit son ossification vers l’âge de 6 ans.
Le mieux est de marcher pieds nus lorsqu’il est à la maison ou à la crèche. En dehors, l’idéal est d’utiliser des chaussures type “chaussons” avec une semelle antidérapante.”
Cécile Gallart
Ostéopathe DO spécialiste de la pédiatrie

Apprentissage de la marche chez bébé : les attitudes à adopter

Vous pouvez tout à fait intervenir dans l’apprentissage de sa marche et accompagner son rythme. En effet, il s’agit de stimuler bébé, de différentes manières. Et ainsi veiller à plusieurs développements.

Travailler ses connexions neuronales

“Dès le début, il est important de stimuler son enfant pour permettre un bon développement psychomoteur et favoriser les connexions neuronales. Dès le premier mois de vie, il faut le solliciter dans diverses positions.”
Cécile Gallart
Ostéopathe DO spécialiste de la pédiatrie
Ainsi, n’hésitez pas à mettre votre enfant sur le côté. Ou encore sur le ventre. Et toujours lorsque bébé est sous surveillance. Ainsi, vous pouvez disposer des jouets et peluches à proximité. Ou encore lui parler depuis différents endroits de la pièce afin d’attiser sa curiosité et solliciter ses sens.

En revanche, veillez à ne pas l’asseoir avant de vous être assuré·e qu’iel sache passer en position assise tout·e seul·e. Et cela, peu importe le nombre de coussins disposés autour pour éviter un déséquilibre. Si vous souhaitez en savoir plus, retrouvez un article complet dédié à cette question : à partir de quel âge asseoir bébé ?

L’accompagner à adopter certaines positions

“Quand votre bébé de 3 ou 4 mois commence à bien tenir sa tête, il est nécessaire de le mettre sur un tapis d’éveil au sol, avec des objets à sa disposition. La position sur le ventre est aussi très importante et le temps passé dans cette position doit augmenter mois après mois pour lui permettre d’être à l’aise et ainsi ne pas sauter l’étape du 4 pattes.”
Cécile Gallart
Ostéopathe DO spécialiste de la pédiatrie
Ces positions sont en effet particulièrement intéressantes pour la motricité libre de votre petit·e. La motricité libre c’est lorsque bébé est, dans ces positions, libre d’effectuer les mouvements souhaités. Libre d’explorer le fonctionnement de son corps. Libre de satisfaire sa curiosité et saisir les objets à proximité.

Améliorer son équilibre

Quand bébé commence à bien se tenir debout, vous pouvez intervenir pour stimuler et renforcer son équilibre.
Ainsi, vous pouvez par exemple placer des petits obstacles à même le sol, des objets durs et mous. Ou encore donner l’occasion à votre enfant de marcher sur du sable ou du gazon. Ces sols instables sont un bon moyen de renforcer son équilibre.

Et rassurez-vous si bébé chute beaucoup dans son apprentissage de la marche. C’est normal. La raison derrière cela ? Bébé ne sait tout simplement pas s’arrêter. En effet, ses pas sont en fait particulièrement forts. Alors, iel ne sait pas encore qu’il faut plier le genou et jouer avec le rapport talon-orteil. Afin notamment de mieux limiter les impacts.
Ainsi, lorsque la machine est lancée, bébé a du mal à stopper sa marche et va le faire en tombant.

Enfin, si bébé a appris à marcher mais continue à ramper, est ce normal ?

Oui, il est fréquent que les bébés alternent la marche et le 4 pattes ou le crawling. C’est notamment le cas lorsque bébé repère quelque chose d’assez loin et veut s’en approcher au plus vite. Iel va alors ramper pour rejoindre l’objet, ce qui est actuellement la solution la plus rapide et la moins compliquée.

Accompagnement du développement psychomoteur en ostéopathie

À partir de quel âge peut-on emmener son bébé chez un ostéopathe ?

Il n’y a pas d’âge minimum pour emmener examiner bébé. Vous pouvez consulter dès les premières semaines de vie, ou directement à la maternité.

D’ailleurs, votre ostéopathe est l’allié·e de choix dans l’accompagnement du développement psychomoteur de votre bébé.
Les trois premières années de votre enfant sont d’ailleurs particulièrement importantes pour cela. Mais c’est surtout durant la première année que se fait l’apprentissage de bases et concepts utiles toute la vie durant.
Il est alors important de vérifier tout au long du développement de bébé que chaque base peut être assimilée de façon optimale. Et que rien ne vient compromettre son apprentissage.

Un check-up complet

Plusieurs points sont passés en revue lors de la consultation en ostéopathie pour bébé :

  • tonus musculaire,
  • réflexes,
  • posture,
  • crâne,
  • mobilité des membres et des articulations
  • etc.

En effet, un nourrisson ou bébé peut présenter des malformations congénitales. Ou être né·e durant un accouchement instrumentalisé. Ce qui peut avoir généré des tensions qu’il convient de soulager. Il peut s’agir notamment d’une dysplasie de la hanche ou encore de brachycéphalie.
C’est aussi à ce moment que certains troubles peuvent être identifiés. Comme ceux relatifs à :

  • la posture,
  • les os,
  • les muscles,
  • etc.

Et notamment afin d’éviter des répercussions à l’âge adulte.

Un accompagnement aux étapes clés du développement de bébé

Afin de s’assurer que les structures de bébé fonctionnent de manière optimale, il est recommandé de consulter à certaines étapes clés de sa croissance. Notamment pour s’assurer que son développement psychomoteur est optimisé.

  • à 3 mois : lorsque bébé tient sa tête ou qu’elle part en avant
  • 6 mois : bébé tient assis seul,
  • 9 mois : bébé tient debout mais doit se tenir encore accroché,
  • 12 mois : votre enfant marche, mais doit se maintenir,
  • 18 mois : la marche est acquise, sans soutien,
  • 24 mois : bébé court et on ne l’arrête plus.

Est-il indispensable de consulter à chacune de ces étapes ?

“Si je reçois bébé entre ces étapes et que tout va bien, je ne demande généralement pas de revenir à une étape clé. Bien souvent, les parents m’emmènent leur bébé au début de l’acquisition de la marche. Si je constate que tout va bien chez bébé, je ne leur demande pas de revenir à 24 mois. Sauf s’ils identifient quelque chose d’anormal ou que l’enfant a subi une grosse chute par exemple.”
Cécile Gallart
Ostéopathe DO spécialiste de la pédiatrie
Lorsque bébé est à même de marcher seul·e est le meilleur moment pour l’emmener consulter votre ostéopathe. Soit entre 15 et 18 mois.

Préparer bébé à la marche : que fait l’ostéopathe ?

Harmoniser son développement

“Mes soins consistent tout d’abord à aider l’enfant à se développer le plus harmonieusement possible et à l’accompagner dans cette étape primordiale de stabilité et d’équilibre pour son bassin et sa colonne vertébrale.”
Cécile Gallart
Ostéopathe DO spécialiste de la pédiatrie

S’assurer que rien n’entrave ses mouvements

“Mon travail est également là pour identifier d’éventuelles tensions, des dysfonctions particulières (comme par exemple au niveau du bassin, des pieds, des genoux ou de la colonne vertébrale). Des troubles peuvent en effet parfois gêner son bon développement et sa capacité à appréhender ce changement d’état, à savoir passer du quatre pattes à la position assise pour enfin passer debout.”
Cécile Gallart
Ostéopathe DO spécialiste de la pédiatrie

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire