Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Soigner un claquage musculaire avec l’ostéopathie

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
claquage musculaire ostéopathie
Approuvé par un·e ostéopathe DO

Au beau milieu de votre footing ou de votre match, vous ressentez une douleur brutale ? Une douleur du type coup de poignard, à l’arrière de votre cuisse ou de votre mollet. Ou encore au niveau d’un muscle de votre bras à la suite d’un geste au tennis ou au handball ?
Vous identifiez également un bruit ? Et une impression d’un claquement ?
Aux vues de vos sensations, vous êtes peut-être victime d’un claquage. C’est une blessure musculaire particulièrement fréquente chez les sportif·ves.
Mais comment identifier cette blessure, et savoir s’il s’agit d’un claquage ou d’une déchirure ? Qu’est-ce qui a causé ce traumatisme ? Et que faire en cas de claquage ?
Comment soigner un claquage de manière douce et naturelle ? Quand reprendre le sport après un claquage ? Qu’apporte l’ostéopathie ? Et surtout est-il possible de le prévenir ?

Tous les détails sont présentés dans cet article.

Qu’est-ce qu’un claquage ?

Le claquage définit une blessure caractérisée par une rupture partielle des fibres d’un muscle. Il s’agit d’une des blessures sportives les plus courantes et elle est particulièrement handicapante.
Il survient généralement lors de l’exercice physique, après une contraction musculaire intense.

Le claquage parmi les différents types de traumatismes musculaires

Les lésions musculaires sont communes chez les sportif·ves. Elles représentent 10 à 55% des traumatismes liés à la pratique d’un sport. Et plus de 9 fois sur 10, ces lésions concernent le membre inférieur.
Il existe différentes lésions musculaires, classées en fonction de leur degré d’atteinte et de gravité.

  • La crampe, la courbature, la contracture : ici, aucune lésion à proprement parler dans le muscle. Même si cela peut générer des douleurs ou encore des gênes parfois handicapantes.
  • L’élongation : dans cette blessure, le muscle a été trop allongé. Il a dépassé sa capacité d’étirement, il souffre alors de lésions de type micro-déchirures.
  • La déchirure musculaire partielle, ou claquage : ici, seulement quelques fibres musculaires sont victimes d’une déchirure.
  • La déchirure musculaire complète avec désinsertion musculaire ou rupture musculaire : ici, toutes les fibres ont été rompues. Votre muscle, qui doit normalement trouver son attache sur une pièce osseuse, ne la trouve plus.

Personne n’est à l’abri d’un claquage musculaire

Les sportif·ves de haut niveau sont les plus touché·es par le claquage, ou toute autre lésion musculaire. Mais personne n’est à l’abri de cette blessure.
Aussi, certains sports sont plus à risques, comme la course à pied, le football ou encore la danse. Les hommes semblent plus exposés que les femmes à ces lésions.

Les symptômes du claquage

La douleur survient au cours de l’exercice physique Elle est telle qu’elle vous oblige à arrêter votre activité sportive.
Un bruit notable, ou une impression de claquement, s’additionne à votre douleur. Et quelques jours plus tard, vous pouvez, la plupart du temps, remarquer la formation d’une ecchymose, un bleu.
Cette blessure musculaire survient le plus souvent sur les membres inférieurs. Mais elle peut aussi toucher les bras ou encore le dos. Les plus fréquents sont :

  • claquage du mollet
  • claquage de la cuisse, le claquage du quadriceps
  • claquage des adducteurs
  • claquage du genou
  • claquage des ischio-jambiers
  • claquage du fessier
  • claquage de l’épaule
  • claquage de l’omoplate
  • claquage de la hanche
  • claquage du dos
  • claquage du triceps
  • claquage du biceps

Une blessure handicapante

Le claquage musculaire est très handicapant lorsqu’il survient. Il cause en effet une raideur du muscle. De plus, lorsqu’il se produit au niveau des membres inférieurs, il entraîne des difficultés à la marche. Cette blessure conduit généralement à l’arrêt total de l’activité sportive, et ce parfois, sur des semaines.

Les causes du claquage

Les causes à l’origine du claquage sont diverses et multifactorielles :

  • La contraction violente et intense du muscle dit en excentrique. Le muscle se contracte et s’allonge pour résister à une force extérieure. Ce qui provoque alors la lésion des fibres. C’est notamment le cas lors de mouvements de freinage, de réception d’un saut, de tirs au but, etc. C’est la première cause du claquage.
  • L’effort réalisé est trop intense pour un muscle non préparé.
  • Le surentraînement, associé à une fatigue musculaire.
  • Le coup porté sur un muscle en tension, ou le choc. C’est-à-dire une cause extrinsèque. Il peut s’agir d’un coup de pied, de genou, ou encore d’un tacle, etc.
  • Le déséquilibre musculaire. Il entraîne alors une sollicitation plus importante d’un groupe musculaire par rapport à l’autre. Ce déséquilibre peut se manifester, en premier lieu, par une tendinite.

Aussi, une ancienne blessure, comme une élongation, ou une entorse à la cheville par exemple, peut en favoriser une nouvelle.

Diagnostiquer un claquage

Votre médecin réalise le diagnostic des lésions musculaires grâce à la palpation de la zone douloureuse. Ce qui permet de mettre en évidence un éventuel creux causé par la lésion. La présence d’un bleu est aussi contrôlée.
Lors de cet examen, votre force est également testée, ainsi que votre contraction.
L’échographie, et plus rarement l’IRM, permettent de confirmer l’examen palpatoire. Et d’estimer l’étendue de votre claquage. Ce qui permet d’évaluer le temps nécessaire à la guérison de votre blessure.
Diagnostiquer un claquage, c’est aussi reconnaître qu’il ne s’agit pas d’une autre blessure musculaire. Votre médecin réalise donc un diagnostic différentiel pour s’en assurer.

Claquage ou élongation ?

Lorsque quelques fibres sont étirées, c’est l’élongation musculaire. À la différence du claquage, où les fibres sont alors partiellement déchirées.

Claquage ou déchirure complète?

La déchirure de quelques fibres d’un muscle donné caractérise le claquage. Mais on parle de déchirure complète lorsque la plupart des fibres, voire toutes, sont sectionnées.

Claquage : quel traitement ?

Lorsque le claquage vient de se produire, vous pouvez appliquer de la glace sur la zone. Cela permet de calmer immédiatement l’inflammation et soulager votre douleur.

Ensuite, afin de limiter l’apparition de l’hématome, vous pouvez comprimer la zone à l’aide d’un bandage.

Enfin, dans le cas où il s’agit d’un claquage du mollet ou de la cuisse, veillez à surélever votre jambe. Notamment afin d’éviter que le sang ne s’accumule dans la zone atteinte.
Quoi qu’il en soit, l’arrêt strict de l’activité sportive est la première chose à faire.

Après le repos sportif, place à la récupération

Dans un second temps, la phase de récupération se fait progressivement. Par le biais d’ étirements doux, pour favoriser la cicatrisation et limiter les fibroses. C’est-à-dire l’adhérence des fibres par la formation de tissus fibreux.
Cela ne peut se faire que lorsque les tissus musculaires lésés ont suffisamment cicatrisé. Ce qui dépend de la taille de la lésion alors observée à l’échographie.
Vous pouvez aussi reconnaître cette phase pour certaines blessures, et notamment lorsque votre mollet ou votre cuisse sont concernés. Ici, la marche redevient naturelle et n’est quasiment plus douloureuse. Ce qui montre l’avancée de votre cicatrisation.

Une rééducation en douceur

Les exercices de rééducation effectués lors de la phase de récupération restent doux. Il n’est en effet pas encore raisonnable, à ce stade, d’exécuter des efforts explosifs.
Certaines études indiquent que la mobilisation accélère la guérison du muscle lésé.
Un·e ostéopathe, notamment spécialisé·e dans l’accompagnement des sportif·ves, est à même d’optimiser votre récupération. Son travail vous aide à guérir de votre blessure musculaire.
Tout en vous mettant dans de bonnes conditions pour une rééducation rapide et de qualité.

Claquage : pourquoi consulter votre ostéopathe ?

Dans le cadre d’une blessure musculaire, et notamment d’un claquage, les soins d’ostéopathie peuvent vous soulager et favoriser votre reprise.
Mais en quoi consiste cet accompagnement ?

Travailler en douceur en phase de récupération

Un processus de cicatrisation tissulaire se met notamment en place lorsque les fibres d’un muscle sont lésées. Et pour nourrir le muscle mis à mal, l’apport en oxygène et autres nutriments est nécessaire. Une agglomération d’éléments peut alors se former proche de la blessure, qu’il est essentiel de drainer. Cette action ne peut s’opérer que lorsque la vascularisation locale est optimale.
Pour cela, le soin va se focaliser proche de votre blessure, afin de permettre à vos fibres musculaires d’être vascularisées correctement. Les éventuelles tensions des membranes du muscle lésé sont réajustées. Car le traumatisme qui a causé la contracture peut persister.
Enfin, vos fibres musculaires sont réadaptées, afin d’éviter que celles-ci ne cicatrisent de manière désordonnée. Et ne fonctionnent plus avec autant d’efficacité. Pour ce faire, votre ostéopathe procède à une légère traction pour orienter ces fibres. Toujours en douceur et à votre rythme.

Corriger les déséquilibres musculaires

Un déséquilibre musculaire peut être à l’origine de votre claquage. Qui n’est alors que la partie visible.
Seulement, même lorsque la blessure est soignée, le déséquilibre musculaire, lui, est toujours présent. Ce qui crée un terrain favorable à la récidive de votre claquage.
Votre ostéopathe recherche donc ces éventuels déséquilibres, pour rétablir une fonction optimale de votre système musculaire. Pour cela, l’ensemble de votre corps est considéré. Et notamment votre bassin, vos lombaires, vos cervicales, votre mâchoire, vos genoux ou encore vos chevilles.

Système postural et proprioception

Ce travail permet également d’améliorer votre proprioception. C’est-à-dire la réponse d’équilibre de votre corps dans les différentes positions et les différents mouvements que vous pouvez effectuer.
Votre système postural est également très important. C’est pourquoi l’état de votre vue, de vos pieds, mais aussi de votre mâchoire, peuvent être évoqués lors du soin.

Un travail en profondeur

Corriger l’équilibre de votre système musculaire sous-entend un travail en profondeur, un travail sur la santé globale de votre organisme.
Un dysfonctionnement de l’équilibre de votre squelette, qu’il s’agisse de vos os, de vos ligaments, de vos muscles ou encore vos tendons, peut en effet être la résultante d’un trouble digestif. Ou encore d’un dysfonctionnement au niveau de votre respiration.

Optimiser la circulation de l’information

Vos muscles fonctionnent grâce aux apports en oxygène et en nutriments acheminés par le sang. Sa commande est, elle, sous l’influence du système nerveux. Ainsi, lorsque l’information ne transite pas de manière optimale, des contractions musculaires désordonnées en résultent.
Certains groupes musculaires peuvent se contracter plus souvent que d’autres et venir créer une hypertrophie. C’est-à-dire une augmentation de volume anormale. D’autres encore peuvent se contracter à des moments inopportuns et être à l’origine de troubles de la tonicité.
La bonne innervation du muscle est contrôlée lors du soin. Et en fonction du muscle touché, le traitement est adapté.

Reprendre le sport après un claquage

La phase de récupération varie en fonction de votre physiologie, mais aussi du degré de la lésion.
Il s’agit d’optimiser le retour à votre activité sportive après avoir soigné votre muscle blessé et votre organisme affecté.
La reprise du sport après un claquage se fait ainsi progressivement.
Cela passe par la préparation de votre corps à la reprise. Mais aussi par la gestion de l’appréhension et du stress liés à l’apparition d’une nouvelle blessure lors de la reprise.
Votre ostéopathe peut ainsi vous recevoir quelques jours à quelques semaines après votre reprise sportive. Que ce soit pour régler certains points ou encore se pencher sur des sensations ou des douleurs qui vous inquiètent. L’accompagnement s’adapte toujours à vos besoins.

Optimiser ses performances sportives

Il est essentiel de préparer votre corps afin d’optimiser votre geste sportif. Cela passe notamment par la phase d’échauffement et les étirements. Mais également par le travail technique. C’est-à-dire l’analyse et la réalisation des mouvements effectués durant votre sport.
Il se peut que d’anciennes blessures accentuent la fragilité de votre muscle et impactent vos performances.
Votre ostéopathe est à même de traiter les conséquences de ces anciennes blessures. Et à fortiori, sur votre technique. Le but est de vous faire retrouver la pleine possession de vos capacités, pour une pratique toujours plus affinée.
La reprise de votre activité est progressive. La douleur reste un indicateur important pour marquer la limite de l’intensité de votre effort. Et afin de ne pas prendre le risque de fragiliser de nouveau le muscle, il est essentiel de l’entendre.

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire