Skip to main content
MangerApprendreRencontrerGrandirBougerEnfanterÊtreGuérir

Bigorexie ou l’addiction au sport

Cabinet B

Cabinet B

Whatsapp Messenger Facebook
bigorexie addiction sport
Approuvé par un·e ostéopathe DO

La bigorexie correspond à l’addiction, la dépendance au sport.
Quand on parle d’addiction, on pense souvent à la cigarette, à l’alcool, certaines drogues, ou à la nourriture.
Pourtant la dépendance au sport est elle aussi bien réelle. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a reconnu cette dépendance au sport.
La bigorexie est le nom scientifique1 pour définir cette pathologie qu’est l’addiction à l’entraînement sportif.

Bigorexie, êtes-vous addict au sport ?

La pratique sportive

Lorsque vous êtes bigorexique, vous pouvez vous retrouver dans certaines de ces situations :

    • Vous ne pouvez pas vous passer de votre pratique quotidienne.
    • Lorsque vous êtes en vacances, week-end ou déplacement, vous recherchez immédiatement un lieu d’entraînement.
    • L’idée de rater une séance de sport vous semble impensable. D’ailleurs, vous préférez annuler un rendez-vous plutôt que de reporter une session2.
    • Votre pratique sportive occupe fréquemment vos pensées.
    • Votre quotidien s’articule autour de votre pratique sportive.

Si vous préparez un événement sportif, il est normal de suivre un programme d’entraînement, que vos pensées soient dirigées vers votre objectif, etc.

Mais c’est dans la répétition que la bigorexie s’inscrit.
Si vous enchaînez les échéances sportives, et qu’elles justifient ce rythme, alors il ne s’agit plus là non plus, d’une simple prépa.
Il est même possible que ces échéances vous servent d’excuse, de prétexte pour maintenir ce rythme.

Le déni

Mais la bigorexie repose avant tout sur le déni. Alors, vous ne pouvez vous retenir de pratiquer votre sport et vous refusez de remettre en question votre pratique. Votre conduite est souvent extrême et vous ne mesurez pas le temps passé.

Lorsque votre entourage aborde le sujet, vous pouvez le vivre comme une agression.

Peu importe votre niveau, vos résultats, l’addiction au sport concerne tout le monde : sportif·ves de haut niveau et amateur·trices.
En effet, 15% des sportif·ves amateur·trices sont touché·es par la bigorexie, souvent sans même s’en rendre compte.

Les dangers de l’addiction au sport

La bigorexie peut entraîner des comportements dangereux1. Car lorsque la pratique du sport devient addictive, il est de plus en plus difficile de l’arrêter.

Là où normalement la pratique sportive s’inscrit dans une écoute de soi, de vos sensations et de votre corps, la bigorexie peut amener une mise à distance. Votre corps n’est plus qu’une machine, que vous pouvez, que vous devez pousser toujours plus loin.

Le risque de blessure augmente. Et parfois même après la blessure, vous continuez les entraînements. La blessure s’aggrave, votre santé globale est possiblement en danger.
À terme, la bigorexie peut entraîner un épuisement physique intense. Les personnes atteintes de bigorexie cherchent sans cesse le dépassement de soi.

Aussi, cette addiction peut créer un enfermement psychologique. Vous êtes alors amené·e à passer de moins en moins de temps avec votre famille et vos amis. Votre vie sociale est impactée, voire sacrifiée.

Que faire contre mon addiction au sport ?

Pour agir, il est nécessaire de se rendre compte de votre addiction. Les signaux lancés par votre entourage peuvent vous alerter et vous aider vers ce chemin.
Il est aussi utile de s’interroger sur le pourquoi de cette addiction. En effet, la bigorexie se développe plus facilement chez les personnes qui ont mis fin à une précédente addiction :

      • tabac,
      • jeux vidéos,
      • travail,
      • etc.

Elle peut aussi être un moyen d’évacuer un stress, une anxiété, etc.

Ensuite, vous pouvez essayer d’adapter votre pratique sportive et réduire le rythme hebdomadaire.
Mais vous pouvez surtout en parlez à votre équipe médicale. Votre médecin, votre kiné ou ostéo du sport, votre thérapeute, etc. Aborder le sujet aide à prendre du recul et à mettre des solutions en place. Vos praticien·nes peuvent notamment vous accompagner à adapter votre pratique.
Enfin, d’autres thérapies naturelles peuvent vous aider à travers ce processus : hypnothérapie, acupuncture, sophrologie, etc.

Notes et références

Une urgence ? Besoin d’un rendez-vous aujourd’hui ?

RDV rapide avec un·e ostéopathe professionnel·le, en cabinet ou à domicile. Soin de qualité, et accompagnement dans la durée. Depuis 15 ans, cet engagement fait notre réputation.

prendre rendez-vous
  1. https://www.envsn.sports.gouv.fr/images/recherche-expertise/prepa_mentale/fiches_reflexions_dentraineurs/01-les-dangers-de-la-dependance-au-sport.pdf[][]
  2. https://ed-amphora.fr/produit/bold/bigorexie-le-sport-ma-prison-sans-barreaux/[]

Rédigé par

Cabinet B

Cabinet B

Équipe qui regroupe des professionnel·les de la santé, du bien-être et du mouvement. Animé·es par une volonté de partage, nos expert·es diffusent ici leurs retours d’expériences, savoirs et conseils. Pour favoriser l’accès à des connaissances de manière claire et transparente.

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe qualifié à Toulouse?

prendre rendez-vous

Laissez un commentaire